Autant nous transformons tout autour de nous pour avoir un cadre agréable,

Ainsi, CHRIST transforme nos vies afin qu'elles lui soient agréables.

Avec Christ, nous avançons toujours:

Relevons la tête à la suite du Roi.

La Résurrection est quotidienne,

Vivons notre victoire au quotidien.

JÉSUS, DIEU AVEC NOUS DANS LA RÉSURRECTION ET LA VIE

Jésus lui dit: Ton frère se relèvera. Je sais, lui répondit Marthe, qu'il se relèvera à la résurrection, au der­nier jour. Jésus lui dit: C'est moi qui suis la résurrection et la vie. (Jean 11, 23-25)

Lazare est mort, et Marthe (sa sœur) est désespérée. Pour la consoler, Jésus lui rappelle l'espérance de la résurrection. Pour Marthe, cela fait référence au dernier jour où, conformément à la foi juive, les morts ressusciteront. Parole consolatrice en effet, pour plusieurs raisons:

S'il est question de résurrection, de réveil, cela sous-entend que — comme Jésus le dit au sujet de Lazare au verset 11 de ce chapitre 11 de Jean -- les morts dorment en attendant la résurrection ; et que, par conséquent, ils ne souffrent pas dans un enfer quelconque. D'autre part, la résurrection implique retrouvailles. C'est si terrible d'être séparé de celles et ceux qu'on aime, que cette espérance là fait vivre.

Seulement, le dernier jour peut être encore loin et l'espérance de la résurrection risque fort de devenir, dans nos esprits, une utopie. Alors Jésus prononce cette phrase dense, lourde, chargée de sens: C'est moi qui suis la résurrection et la vie. On sent bien que cette déclaration est importante, mais qu'est-ce que Jésus veut dire par ces mots ? En quoi est-il la résurrection et la vie ? Et pourquoi les deux, la vie et la résurrec­tion ?

Dire que Jésus est la vie peut faire référence au pouvoir créateur de Dieu. Il n'y aurait pas de vie sans Dieu ; toute vie est donc dépendante de la sienne. Mais la résurrection rappelle l'incarnation ; c'est en tant qu'homme que Jésus ressuscite ; et pour nous chrétiens, c'est un événement historique, déjà réalisé.

La ré­surrection n'est pas qu'une espérance, c'est une façon d'être, un état d'esprit qui se manifeste concrètement, et aujourd'hui, dans l'enthousiasme, la joie, le refus de l'accablement, dans les retournements de situation qui ne se satisfont pas du marasme quotidien mais qui rebondissent dans des élans toujours nouveaux pour construire à nouveau, et du nouveau.

Malgré la "crise", Jésus nous invite à relever la tête. Ce n'est pas seu­lement dans des lendemains qui chantent qu'il faut espérer, la résurrection est quotidienne.

Ce n'est pas au ciel que Jésus ressuscite, mais parmi nous, au milieu de nous, avec nous. C'est notre résur­rection qu'il vit tous les jours ; laissons-nous porter par la résurrection et la vie du Christ.

G. Carayon

La résurrection... c'est aussi le refus de l'accablement... pour construire à nouveau, et du nouveau.

Message tiré du bulletin: l'eau vive n°135 de Avril- Mai- Juin 2009